vendredi 17 décembre 2010

La liberté ne s'arrête pas au code

Après avoir cassé l'écran de mon smartphone Palm Pre sous WebOS, je me suis posé la question d'en racheter un, voire de passer au Palm Pre 2. Outre l'excellente interface graphique très maniable, j'appréciais beaucoup sur le Pre l'accès direct au shell root sur le téléphone, en suivant simplement la doc officielle de HP/Palm. Les seuls téléphones portables donnant un accès direct au shell root sans hacks sont sur Android les modèles de Google et de Geeksphone, et chez Nokia le N900.
Des hacks sur le palm, j'en ai fait cependant, notamment en éditant la base SQLite des opérateurs pour ajouter la 3G pour yesss.at
Et c'est là que le bât blesse. Comme le dit ce thread, les nouvelles versions de WebOS ont changé le format de la base des opérateurs de SQLite à Json, et personne dans la communauté WebOS ne voit pour instant comment éditer ce fichier correctement.
De plus la base est réécrite à chaque mise à jour mineure de WebOS, écrasant les ajouts que vous y pouvez y faire.
Palm/HP mise sans doute sur la stratégie opérateur, pas sur la stratégie vente directe. Pourtant quand on voie le succès du Geeksphone (L'investissement initial des fondateurs a été remboursé après seulement un mois de vente en ligne !) on se dit que le créneau peut aussi marcher.


Mon prochain téléphone sera sans doute un Nokia N900, dont le prix a baissé de 30 % en un an, et dont les bases sont solides. Et cette vidéo aussi a joué un rôle. ( Vidéo sans flash: http://ur1.ca/2lxax )






Photo : © mackarus CC-BY-SA
Temps de rédaction: 1h30m

jeudi 9 décembre 2010

Un Netbook sans Windows, c'est possible

Autant il a toujours été facile de trouver chez l'assembleur du coin une tour sans Windows, autant jusque récemment trouver un portable sans OS relevait de la gageure. On trouve maintenant sur le site de LDLC 18 portables disponibles à l'achat et un Fujitsu avec le bon vieux FreeDOS. Personnellement j'aime bien booter sur FreeDOS, c'est GPL et on peut taper un DIR C:\ pour voir que le disque dur fonctionne. Même si pour le reste ...
Je viens  de recevoir d'Unimall un Intel Classmate Quanta NL2, un netbook renforcé destiné au marché de l'éducation, dont tous les composants fonctionnent parfaitement sous Linux 2.6.35, en dehors du touch screen.
J'ai tout d'abord installé dessus Meego, l'OS Netbook/Smartphone de Nokia et Intel basé sur Linux, un temps de boot ultra rapide, une belle interface graphique, mais pas de réseau. Et une faible envie de télécharger le SDK juste pour recompiler le noyau et ajouter les modules manquants. J'ai donc par la suite jeté mon dévolu sur Ubuntu 10.10 Netbook Edition, qui fonctionne parfaitement, non sans quelques défauts liés à la nouvelle interface graphique Unity.
Tout d'abord le dock omniprésent sur le panel de gauche réduit la navigabilité de nombreux sites ( Le Monde.fr, Ebay), à commencer par celui ... d'Ubuntu, qui exigent 1024 pixels en largeur pour le navigateur.
Unity manque aussi cruellement de documentation. Quels sont les raccourcis claviers par défault ? Mystère. Une expérience globalement positive cependant, un dock au lieu d'une barre des tâches plait à l'ancien utilisateur de WindowMaker que je suis.

Ce Netbook n'est pas encore distribué en France pour le grand public, mais gageons que les netbooks suivront rapidement les portables, et qu'à noël 2011  LDLC proposera aussi 18 netbooks sans OS !

UPDATE: l'écran tactile est bien reconnu sous Linux, il faut juste utiliser le stylet au lieu de la main.

manu@netbook:~$ dmesg | grep -i eTurboTouch
[ 2.147515] input: eTurboTouch eTurboTouch as /devices/pci0000:00/0000:00:1d.1/usb3/3-1/3-1:1.0/input/input5
[ 2.147870] input: eTurboTouch eTurboTouch as /devices/pci0000:00/0000:00:1d.1/usb3/3-1/3-1:1.0/input/input6
[ 2.148323] generic-usb 0003:22B9:0006.0001: input,hiddev96,hidraw0: USB HID v1.01 Mouse [eTurboTouch eTurboTouch]

samedi 2 octobre 2010

Un bon mot clé pour trouver un portable sans Windows 7 preinstallé

Après avoir vu @$WORK booter un portable Lenovo flambant neuf sur FreeDOS, (un clone gpl de dos ) je me suis demandé si beaucoup de machines étaient mises en vente sans Windows préinstallé.
Un coup d'oeil sur LDLC ou Grosbill en France ne renvoie rien, mais en cherchant FreeDOS sur www.notebooksbilliger.de et www.conrad.de, on trouve du Dell, du MSI, du Lenovo à des prix particulièrement  compétitifs ( entrée de gamme à 339 euros )
Ombre au tableau www.notebooksbilliger.de ne livre qu'en Allemagne et en Autriche, mais justement j'habite à Wien!

dimanche 12 septembre 2010

boot hd:12,\\yaboot

Cette ligne de commande obscure ( à taper quand le clavier est encore configuré
en Qwerty histoire de rajouter du fun ), c'est que je tape au prompt OpenFirmware de mon
Mac (PowerPC) pour booter Linux. Bien sûr c'est possible d'avoir un menu pour automatiser
tout ca, mais étant donné que je reboote cette machine deux fois par an ...
Accessoirement cette commande montre aussi la puissance d'OpenFirmware,
l'équivalent du BIOS sur machines sparc et powerpc.
Comment se comprend cette commande ?
boot est la commande
hd indique que l'on boote à partir du premier disque dur
12 est le numero de la partition sur le disque dur
yaboot designe le binaire qui sert d'amorce primaire
Tout ca nous montre que:
1) OpenFirmware sait lire une table de partition, contrairement aux BIOS du PC.
2) OpenFirmware peut même lire un système de fichier pour y trouver un
executable

D'ailleurs pour le clavier qwerty on s'en sort toujours quand on a sous la main Les Cahiers de l'Admin BSD. L'auteur de cet excellent livre, sans doute par expérience personnelle, a jugé bon d'inclure une illustration de layout qwerty
pour eviter d'avoir à taper les \ : et autres , en aveugle. Un cadeau utile.

lundi 26 juillet 2010

Repositories Debian non officiels

Un travail, un peu ingrat mais qui sera aussi utile à d'autres, j'ai mis à jour la liste des repositories ( catalogues ?) Debian non officiels dans l'article UnofficialRepositories sur le Wiki debian, en ajoutant un systeme de pseudo-tags, indiquant notamment si le repository en question est géré par un développeur Debian, ou une entité commerciale ( Sun, Skype, Opera, Oracle ... ).
Ajouter un repository de façon permanente, c'est en effet donner un accès root à distance au créateur du repository. N'importe quel aptitude upgrade peut ainsi remplacer un paquet officiel par un paquet non-officiel si ce dernier a un numéro de version supérieur.
D'où l'importance des signatures GPG pour les repositories exterieurs, de la bonne idée d'Ubuntu des PPA pour encadrer la distribution de paquets binaires en dehors de la cage dorée de l'archive standard, et de l'importance d'avoir son paquet dans la distribution officielle.
Une telle liste existe-t-elle pour Ubuntu ? J'ai trouvé repogen.simplylinux.ch qui aide à constituer son sources.list à partir d'une liste donnée de repositories.
Si vous connaissez d'autres repositories, le wiki Debian est ouvert en écriture a tous !

lundi 12 avril 2010

The protection has been implemented

La censure sur Internet, comme la grande muraille anti opposition du gouvernement chinois, on en a vaguement entendu parlé. Mais quand vous y êtes confrontés pour la première fois, pour ma part hier en Turquie, ca fait quand même un choc. Et ca ressemble a ça.

La cause du blocage de youtube en Turquie ? Des videos offensantes envers Mustafa Kemal, le fondateur de la Turquie républicaine, objet d'une loi de protection bien vague. Techniquement, le blocage de youtube ( et de nombre de sites pornos ) ne repose que sur les serveurs DNS du FAI, et est donc facilement contournable. Mais en quoi le fabricant de meubles est il reponsable du contenu qui va y être entreposé ? Dès que je rentre au pays, je monte un noeud TOR.

Update: ajout du lien vers la loi en question 

mercredi 17 mars 2010

pkg_rollling-replace et pkgsrc

Je pense beaucoup de bien de pkgsrc, une infrastructure multi plateforme pour installer des logiciels à partir du code source,  dont je me sers pour bénéficier des dernières nouveautés du libre à côté des outils standards de ma plateforme.
Pkgsrc permet sur OSX d'avoir ainsi git, mplayer, unrar, hatari, gpg, nedit et sur Linux ( Debian ) d'avoir la dernière version de svn et d'openvpn, sans mettre le bazar dans dpkg.

Pour la dernière mise à jour de pkgsrc, je me suis laissé tenté par pkg_rolling-replace en lieu et place de l'habituel pkg_chk. pkg-rolling-replace a le principal avantage par rapport à pkg_chk de faire une mise à jour progressive, alors que pkg_chk deinstalle tout ce qui doit être mis à jour avant de recompiler.
Comme sur ma machine ( PowerPC 1,42 GHz), la compilation de mes 500 paquets prend plusieurs jours, cela représente un intérêt évident.
J'ai documenté sur le wiki netbsd  les étapes utilisées, la commande principale étant

pkg_rolling-replace -rsuvX bmake,bootstrap-mk-files,pax,pkg_install

Deux échecs seulement dans la mise à jour des 506 paquets.

===> Building for physfs-1.0.1nb1
/Volumes/Projects/netbsd/bin/bmake  all-recursive
/bin/sh ./libtool --mode=link gcc  -O2 -pipe -O2 -I/Volumes/Projects/netbsd/include -I/usr/include -D_REENTRANT -D_REENTRANT -D_THREAD_SAFE   -L/V
olumes/Projects/netbsd/lib -L/usr/lib  -Wl,-framework -Wl,Carbon -Wl,-framework -Wl,IOKit -no-undefined -o test_physfs  test_physfs.o ./libphysfs.
la -lpthread -lz
gcc -O2 -pipe -O2 -I/Volumes/Projects/netbsd/pkgsrc/devel/physfs/work/.buildlink/include -D_REENTRANT -D_THREAD_SAFE -Wl,-framework -Wl,Carbon -Wl
,-framework -Wl,IOKit -o .libs/test_physfs test_physfs.o  -L/Volumes/Projects/netbsd/pkgsrc/devel/physfs/work/.buildlink/lib ./.libs/libphysfs.dyl
ib -lpthread -lz
Undefined symbols:
  "_readline", referenced from:
      _main in test_physfs.o
  "_add_history", referenced from:
      _main in test_physfs.o
      _main in test_physfs.o
ld: symbol(s) not found

Ceci est du à un petit LDFLAGS+=      -lreadline manquant et a fait l'objet d'un rapport de bug (#42468) pour aboutir à la conclusion que ceci avait déja été corrigé, et que mon source n'était pas à jour ! Apparemment csup avait manqué quelques répertoires lors de la mise à jour, ou quelque chose a manqué entre la chaise et l'ordinateur lors de l'update.

===> Installing for tex-courier-2008.7340
ERROR: tex-courier-2008.7340 conflicts with installed package(s):
ERROR:     teTeX-texmf-3.0nb16
ERROR: They install the same files into the same place.
ERROR: Please remove conflicts first with pkg_delete(1).

Un cas de paquet renommé, rien de bien méchant après quelques pkg_delete et bmake install, l'erreur disparait.

mardi 2 février 2010

Nouveau Noyau, Nouvelle Plateforme: Palm Pre avec WebOS

Depuis quelques temps déja, je réfléchissais à l'idée d'un nouveau téléphone, avec Wifi et vrai clavier, et possédant pourquoi pas un Unix libre embarqué. Un smartphone avec du libre en quelque sorte. Il existe actuellement trois plateformes de téléphonie mobile basées sur Linux:
  * Maemo ( pour le Nokia N900 )
  * WebOS ( pour le Palm Pre )
  * Android ( pour différents modèles, entre autres le Motorola Milestone )

Quand à OpenMoko, la plateforme semble etre encore au stade du développement, et ne supporte pas l'UMTS. Enfin il semblerait que le Sidekick LX 2009 utiliserait le noyau NetBSD, mais il s'agit plus de suppositions que de faits prouvés.

Je me suis finalement décidé pour un Palm Pre avec clavier QWERTZ acheté sur ebay 266 €, essentiellement pour des raisons de taille de l'appareil, le Palm Pre étant le plus petit des smartphones unix-based. Je n'ai en effet aucune envie de poser mon téléphone sur la table à chaque fois que je m'assieds, comme les possesseurs d'iPhone. De plus je savais qu'au moins un développeur Debian (Joey Hess ) avait installé un chroot Debian sur cet appareil.

Après réception de l'engin, je ne suis pas décu du tout. Tout d'abord le Palm Pre est vendu sans Simlock par O2 en Allemagne, ce qui le rend  utilisable sur mon réseau. Ensuite en branchant le Pre sur le port USB on trouve sur la flash le document opensource.pdf, qui contient le nom et licences des produits utilisés, de bsdiff à script.aculo.us.
Ensuite contrairement à certains portables android et iPhones qui ont besoin de cracks postés sur des forums par Jean Kevin, il suffit d'installer le SDK de Palm et d'activer le mode développeur du Palm en suivant la documentation officielle de Palm pour avoir un accès complet au téléphone. Un shell root nous nous sommes bien compris.

Enfin le SDK WebOS ( basé sur VirtualBox et Eclipse ) est multiplateforme, étant supporté sous GNU/Linux, Windows et OSX.

Évidemment tout n'est pas rose sur la plateforme, comme le fait que Palm vous oblige par défaut à créer un compte sur leurs serveurs pour activer le téléphone au démarrage du téléphone ( mais on peut par ailleurs désactiver l'activation avec une ROM custom, ce que j'ai fait)
C'est en quelque sort d'ailleurs plus le hardware qui est non est bridé, que la plateforme, dont l'interface graphique n'est pas libre.

Enfin pour ceux  qui réfléchissent à l'achat d'un smartphone linux, ( et ils doivent être nombreux, étant donné que le marché du smartphone connait une croissance à deux chiffres ) je conseille vivement l'installation des SDK WebOS, Maemo ou Android qui permettent de se faire une très bonne idée du logiciel du téléphone avant l'achat.

Le SDK WebOS permet ainsi de tester le navigateur Web inclus dans le téléphone, et de simuler les "taps" des doigts sur l'écran avec des clics de souris.

Note Complémentaire: oui, on peut aussi passer des appels téléphoniques dessus.

samedi 9 janvier 2010

Pygrub et Wikis

Le mois dernier, je me suis pensé sur pygrub, un petit utilitaire bien pratique de Xen 3.2 et plus, qui permet à une VM Xen d'avoir son propre noyau indépendamment du noyau du dom0, et contenu dans son propre FS.
Très pratique pour mettre à jour le noyau du domU sans rien toucher au dom0.
Plus de détails sur cette doc écrite pour le wiki Debian.

Une petite déception d'ailleurs en parlant de Wiki, alors que le Wiki Debian est ouvert en écriture à tous,  NetBSD a apparemment décidé en Novembre dernier de créer un Wiki officiel ouvert uniquement aux développeurs, au lieu de rendre officiel le Wiki communautaire de Zafer Eydogan, déjà bien rempli.

Debian et Ubuntu utilisent des Wikis ouverts en écriture à tous (ainsi que le squad), et le contenu de ces wikis n'est en rien décevant.