jeudi 1 janvier 2015

Le plus grand succès du logiciel libre ? Internet, tout simplement

Le bug n°1 de Ubuntu (Microsoft has a Majority Market share) parait toujours d'actualité si on l'on se dirige vers le rayon PC de n'importe quelle grande surface. Cependant le post de blog que vous lisez à l'heure actuelle, est sans doute affiché dans un navigateur opensource (comme 60% du marché). Pour vous connecter à ce serveur vous avez utilisé un serveur DNS, sans doute Bind, le serveur DNS opensource de référence ? Ou si vous êtes chez Free, peut être PowerDNS encore un serveur DNS OpenSource.
Quel serveur distribue ces pages webs ? Apache ou Nginx deux logiciels libres qui possèdent 80 % du marché.

Quel langage de programmation utilise ce système pour afficher ce blog à partir de la base de données ? Java, Perl, PHP, Python ? Scala, Ruby ? Tous des langages dont l'implémentation de référence est libre.
Et sur quel OS tourne ce langage de programmation ? Qu'il soit chez Google, Yahoo ou un serveur perso sur OVH, Gandi ou Dedibox, vraisemblablement Linux ou FreeBSD, un OS libre.

La seule partie de l'infrastucture Internet sur laquelle le propriétaire domine c'est dans le domaine des routeurs des FAI, avec Cisco comme acteur dominant (encore que Juniper, basé sur FreeBSD, occupe maintenant 30% du marché)

On pourrait parler encore  de protocoles réseaux, de formats d'image, mais l'essentiel est là: de BSD 4.2 qui a mis TCP/IP sur le devant de la scène en 1982 , à Chromium aujourd'hui, Internet a été construit par le logiciel libre.

4 commentaires:

Denis Szallkowski a dit…

Bonjour,


C'est surtout Google Chrome qui, aujourd'hui, est utilisé. Et Firefox ne représenterait que 13.6% des parts de marché des navigateurs.

Je te trouve très "optimiste" sur l'utilisation qui est faite du logiciel libre par les fabricants de routeurs. ;+) L'utilisation du logiciel libre relève davantage d'une vision "opportuniste".

Bonne année.

Se7h a dit…

Encore faudrait-il considérer Google Chrome comme étant un logiciel libre… Chromium est libre, pas Chrome. Donc tu peux aisément réduire à 18 ou 20 pourcent. Ce qui fait moins rêver :-/

Et du coté des mobiles, même si Android est libre, il se fait de plus en plus dépouillé par Google. En supprimant certaines applications natives pour forcer les utilisateurs à utiliser leurs applications non libres…

Après il y a bien Ubuntu for Phone, ou FirefoxOS. Mais ils sont loin de faire de l'ombre à Google. Même si je pense que c'est à la porté de Mozilla, il reste beaucoup de chemin à faire.

« La route est longue mais la voie est libre… »

Emmanuel Kasper a dit…

@Se7h: note que je ne parle pas d'android, car je partage justement ce point de vue. C'est plutôt du coté serveur dont je parles.

Se7h a dit…

@Emmanuel Kasper : En fait je voulais seulement parler de Google Chrome et j'ai glissé sur du hors sujet ^^ #oups